Numicanada - France, Louis XV, 9 deniers, 1721-1722 - Pièces de monnaie canadiennes

Vous êtes : Accueil » Pièces de monnaie » Articles » France, Louis XV, 9 deniers, 1721-1722

France, Louis XV, 9 deniers, 1721-1722

Par Bibliothèque et Archives Canada    |   Lundi le 29 mars 2004

Pendant toute la durée du Régime français, la Nouvelle-France connut une pénurie chronique de monnaie car les pièces importées de la mère patrie ne tardaient pas à y retourner. Les uns après les autres, les gouverneurs s'efforcèrent d'obtenir du roi de France la fourniture de pièces différentes des pièces françaises, qui, de ce fait, resteraient dans la colonie. Finalement, en 1670, eut lieu un envoi de pièces en argent; toutefois on n'expédia pas de pièces de cuivre pour répondre aux besoins en menue monnaie. La frappe de ce dernier type de pièces fut pourtant prise en considération, et des matrices furent mises au point pour une pièce de 2 deniers. (Le mot denier vient de denarius, petite pièce romaine dont on parle dans la Bible.) Quelques spécimens furent frappés, mais aucun ne serait parvenu au Canada.

En 1717 (soit 47 ans plus tard), on s'occupa de nouveau de produire des pièces de cuivre pour la Nouvelle-France et pour d'autres colonies françaises, mais sans plus de succès. Ce n'est qu'en 1721 qu'une quantité considérable de pièces de cuivre de 9 deniers furent battues et expédiées à Québec; une cargaison supplémentaire arriva en 1722. Sans qu'on sache au juste pourquoi, ces dernières ne furent guère appréciées des habitants de la Nouvelle-France, et la plus grande partie des pièces resta dans un entrepôt durant de nombreuses années. Peut-être bien que les colons s'étaient accoutumés à se passer de petite monnaie. Toujours est-il qu'on n'expédia plus d'autres pièces de cuivre en Nouvelle-France. Le spécimen reproduit ici fait partie de la Collection nationale de monnaies, Banque du Canada.

9 deniers, 1721-1722
9 deniers, 1721-1722

Cet article représente une partie de l'article nommé Musée de la monnaie de la Banque du Canada.

Source : Bibliothèque et Archives Canada