L'argent en question

Discussions générales.
Avatar de l’utilisateur
Jumpy
Messages : 4481
Inscription : Mar Jan 16, 2007 10:30 am
Description : J'ai 40 ans, je suis marié et père de deux jeunes garçons.

Je collectionne la monnaie de circulation en général mais plus particulièrement les pièces de 1 cent et les pièces de cuivres de la reine victoria.
Localisation : Laval Beach

L'argent en question

Messagepar Jumpy » Dim Mars 16, 2014 10:43 am

Bonjour à tous,

La prochaine application de la FATCA m'a fait réfléchir à la question du côté "anonyme" de l'argent "physique".

Ce que je vois, c'est que la tendance actuelle tend invariablement vers la traçabilité de l'argent, quelle que soit sa forme.

Ce que je me demande, c'est si on va tolérer que de nouvelles devises virtuelles (Bitcoin, Mint Chip) puissent être échangées de façon anonyme entre individus.

Vous en pensez quoi?

Knaar
Messages : 69
Inscription : Jeu Mars 21, 2013 2:09 am
Localisation : Rive-Sud de Montréal

Re: L'argent en question

Messagepar Knaar » Dim Mars 16, 2014 11:28 pm

La beauté (ou le problème, selon le points de vue) du bitcoin réside dans le fais qu'il n'y a aucune banque ou gouvernement qui peut facilement en tirer profit en servant d'intermédiaire durant les transactions.

Avec ce point, personnellement, je pense que l'individue moyen peut totalement tolérer l'anonymat de tel moyen d'échange alors que les différents gouvernement (États-Unis pour ne pas les nommés :p ) vont tout faire pour l'interdire ou le rendre illégale et donc ne tolèreront pas d'avoir des moyens d'échange d'argent quasi 100% anonyme.

Avatar de l’utilisateur
La loutre
Messages : 5276
Inscription : Ven Nov 17, 2006 11:21 am
Localisation : Québec

Re: L'argent en question

Messagepar La loutre » Mar Mars 18, 2014 12:07 pm

Je crois qu'il faudrait distinguer deux éléments différents dans ta question Jumpy, soit la question de l'anonymat et celle de la traçabilité.

Dans une transaction en argent comptant, il n'y a pas de traçabilité, et l'anonymat est total.
Regardez la commission Charbonneau essayer de retracer le chemin de l'argent liquide dans les dossiers auxquels elle s'intéresse, c'est un exercice d'enquête très difficile. Il faut avoir recours à toute une panoplie de moyens (surveillance électronique, témoignages, indices accumulés, saisies, etc.) car le support utilisé était l'argent comptant.
Le crime organisé, faut-il le rappeler, aime beaucoup l'argent comptant, pour les mêmes raisons.
C'est également à cet anonymat et cette intraçabilité que s'attaque le gouvernement lorsqu'il parle de "travail au noir".

Pour un système de paiement instantané en développement comme la Mintchip, ou pour ceux existants déjà du genre Paypass (on passe simplement la carte de crédit sur un lecteur et le paiement se fait), la carte utilisée est liée à vous (vos coordonnées, votre compte bancaire).
Dans ce cas, il y a traçabilité, et il n'y a pas d'anonymat.
Autrement dit, on sait que Joe a acheté un sandwich au thon à un casse-croûte X à 12:15. On connaît les acteurs, le lieu et l'heure de la transaction, l'item acheté (pas toujours), le montant transigé.

Le Bitcoin et ses émules, qu'on me corrige si je me trompe, permet une forme de traçabilité, en ce sens qu'on conserve une trace numérique du cheminement des Bitcoin, mais il fournit en plus l'anonymat, d'où sa différence principale avec les systèmes de paiement instantané des grandes institutions.
D'ailleurs, le Bitcoin était utilisé pour transiger sur des sites tels que Silk Road, qui est grosso modo un marché noir (drogues, "services", armes, etc.) sur internet.


De mon point de vue, la popularité du Bitcoin tient dans cet élément: l'anonymat.
Donc pour en revenir à la question de Jumpy, à savoir si on va tolérer l'échange anonyme de devises virtuelles, je ne crois pas que ce sera le cas pour les institutions reconnues et établies. Je ne vois pas pourquoi elles risqueraient leur réputation en s'aventurant sur cette avenue.
Elles ont au contraire avantage à bâtir autour de ce qu'elles offrent déjà, et c'est ce qu'on a vu avec la carte de crédit, qui est restée physiquement à peu près la même, mais qui a beaucoup évolué: autrefois on la pressait mécaniquement contre un papier-carbone, puis est apparue la bande magnétique, puis la puce, et maintenant la lecture à distance (sans insérer la carte dans un lecteur).

Par contre, ce besoin d'anonymat, qui n'était offert jusqu'ici que par l'argent comptant, est aujourd'hui offert de manière virtuelle. La structure semble imparfaite, mais elle existe et sera toujours perfectible.

Et même si Bitcoin mourrait définitivement, la nature a horreur du vide, et une nouvelle forme de paiement anonyme verra le jour.


Revenir vers « Salon »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 15 invités