10 cents 1943 die break & die crack

Erreurs et variétés des pièces de 10 cents.
Avatar de l’utilisateur
greatgaet
Messages : 651
Inscription : jeu. avr. 05, 2007 2:52 pm
Localisation : Québec

10 cents 1943 die break & die crack

Messagepar greatgaet » jeu. août 09, 2007 9:11 pm

Bonsoir à vous tous!

J'aimerais ici vous présentez une variété d'un 10 cents 1943 répertorié par Zoell dans sa publication "fourth edition de 1968, supplement the third edition" à la page 64 sous les numéros " FL265q" (revers) & "L265j" (avers).

Zoell a répertorié des "die break" et des "die crack" tout autour de la pièce sur le revers et des "die break" qui partent des lettres " i, r, e, d, de VI REX ET IND, jusqu'au listel.

Voici quelques photos;

Image

Image

Image

Je n'ai malheureusement pas pu vous donner des photos de l'avers d'assez bonne qualitées, mais sachez que ces fameuses lignes, s'y retrouvent.

Ce que j'aimerais savoir ici c'est; comment fait-on pour différencier un "die break" d'un "die crack" :idea:

La seule chose que je peut voir c'est que la ligne entre le le "zéro" du 10 cents et le "c" de cent est plus fine que les autres lignes du revers et de l'avers :!:

Est-ce qu'un "die crack" et un "die break" originent d'une même variété :?:

Un peu de vos connaissances me serait utile :wink:

Merci :!:

greatgaet

Avatar de l’utilisateur
za75
Messages : 6470
Inscription : jeu. févr. 01, 2007 3:57 pm
Description : Issu d'une famille souche de la région de La Pocatière, les Pelletier, je suis marié et père de Vincent qui, présentement, s'intéresse encore peu à la collection de monnaie, mais qui sait......

Amateur de baseball, j'ai collectionné, pendant mes jeunes années, des cartes de joueurs qui se sont "envolées" depuis, et des pierres de toutes sortes qui m'ont toujours fasciné.
Initié à la collection de monnaie par un de mes oncles qui, à l'époque, vivait à Champigny, près de Québec, je dois cependant vous avouer qu'au cours des quarante dernières années, la diversité des monnaies étrangères m'a beaucoup plus passionné que les monnaies canadiennes.


Encore jeune agronome, j'ai eu l'opportunité d'aller vivre au Maroc avec mon épouse pendant quatre ans, en tant que coopérant. La collection de monnaie et les nombreuses excursions, à travers le pays, ne furent jamais réellement dissociées. Ce fut une avenure palpitante, constamment remplie d'opportunités et de surprises : à titre d'exemple, j'ai découvert près de la mer Méditerranée, dans un petit village nommé Oued Laou, lors d'un souk, étalée avec d'autres pièces sur un tapis berbère posé sur le sol, une pièce en excellent état de conservation, frappée dans ce même village, en AH441 (1050 de notre ère) : cette pièce demeure encore aujourd'hui ma pièce fétiche. C'est d'ailleurs en découvrant les monnaies du Maroc que j'attrapai la piqûre pour les variétés.

Les vingt années qui suivirent, au Québec, me permirent de consolider cette collection et de parfaire mes connaissances. En début de retraite, il y a douze ans, après avoir classé cette collection grâce à un Corpus de très grande qualité, étude en trois volumes, produite au Maroc, j'entrepris la mise à jour des catalogues de Krause, section Maroc, afin notamment de donner une meilleure vitrine à ces monnaies assez peu connues. Dans cette même veine, je fis en sorte que le Musée de la Monnaie, à Ottawa, soit doté d'une collection représentative des monnaies marocaines (1650 à nos jours ).

Et...., ce qui devait arriver, arriva : depuis au moins cinq ans, je me suis plongé dans les variétés non répertoriées des monnaies canadiennes. Au début de cette autre aventure, non moins passionnante, mon action fut surtout reliée aux activités de l'ANPB, soit par des articles, échanges, sensibilisation et information. J'ai découvert Numicanada depuis environ quinze mois et il m'est apparu que ce site et surtout son forum m'offraient une excellente opportunité pour partager avec d'autres membres mon intérêt pour ces variétés. Lorsque je regarde le chemin que nous avons parcouru sur ce site, depuis quelques mois seulement, je suis porté à croire que cet objectif a été réalisé en grande partie. Qui plus est, il me fait encore plus plaisir de constater que la relève est là, qu'elle est de plus en plus structurée et de plus en plus efficace ! À la veille de mes soixante-dix ans, je n'ai donc pas à m'inquiéter, car les membres de ce merveilleux site me semblent très motivés et de mieux en mieux outillés pour aller de l'avant !
Longue vie à Numicanada !

06/2008
Localisation : Rive-sud de Montréal

Messagepar za75 » ven. août 10, 2007 2:25 pm

Bonjour greatgaet,

Un coin peut être fendillé ( die crack ) une partie de sa vie active et être remplacé par un autre coin lorsque son temps a été fait où que l'opérateur s'est rendu compte de sa détérioration :!:

D'autre part, le fendillement sur un coin peut se dégrader au point où le coin se casse : lorsque ce coin cassé, mais retenu, continue sa frappe des flans, le dommage vérifié par la suite sur certaines pièces est celui d'un coin cassé et retenu ( retained broken die ) :!: :oops: :?:

Avatar de l’utilisateur
greatgaet
Messages : 651
Inscription : jeu. avr. 05, 2007 2:52 pm
Localisation : Québec

Messagepar greatgaet » sam. août 11, 2007 12:17 pm

Bonjour za,

Merci pour ces précisions :D

Alors,si jai bien saisi, un coin fendillé (die crack) peut se rendre jusqu'à une cassure totale et si ce coin est toujours maintenu mécaniquement et continu à frapper des flancs, nous seront alors en présence de la variété ( retained broken die ).

Par contre si le coin est cassé (die break), mais pas dans sa totalité, alors nous seront-nous en présence d'un (die break) :oops:

Si Zoell à indentifier sur des pièces, des (die crack) et des (die break), est-il possible de différencier, à la loupe, ces 2 variétés :?: :oops:

Seriez-vous en mesure de nous dire comment les distinguer :?: :roll:

Merci!

greatgaet

Avatar de l’utilisateur
za75
Messages : 6470
Inscription : jeu. févr. 01, 2007 3:57 pm
Description : Issu d'une famille souche de la région de La Pocatière, les Pelletier, je suis marié et père de Vincent qui, présentement, s'intéresse encore peu à la collection de monnaie, mais qui sait......

Amateur de baseball, j'ai collectionné, pendant mes jeunes années, des cartes de joueurs qui se sont "envolées" depuis, et des pierres de toutes sortes qui m'ont toujours fasciné.
Initié à la collection de monnaie par un de mes oncles qui, à l'époque, vivait à Champigny, près de Québec, je dois cependant vous avouer qu'au cours des quarante dernières années, la diversité des monnaies étrangères m'a beaucoup plus passionné que les monnaies canadiennes.


Encore jeune agronome, j'ai eu l'opportunité d'aller vivre au Maroc avec mon épouse pendant quatre ans, en tant que coopérant. La collection de monnaie et les nombreuses excursions, à travers le pays, ne furent jamais réellement dissociées. Ce fut une avenure palpitante, constamment remplie d'opportunités et de surprises : à titre d'exemple, j'ai découvert près de la mer Méditerranée, dans un petit village nommé Oued Laou, lors d'un souk, étalée avec d'autres pièces sur un tapis berbère posé sur le sol, une pièce en excellent état de conservation, frappée dans ce même village, en AH441 (1050 de notre ère) : cette pièce demeure encore aujourd'hui ma pièce fétiche. C'est d'ailleurs en découvrant les monnaies du Maroc que j'attrapai la piqûre pour les variétés.

Les vingt années qui suivirent, au Québec, me permirent de consolider cette collection et de parfaire mes connaissances. En début de retraite, il y a douze ans, après avoir classé cette collection grâce à un Corpus de très grande qualité, étude en trois volumes, produite au Maroc, j'entrepris la mise à jour des catalogues de Krause, section Maroc, afin notamment de donner une meilleure vitrine à ces monnaies assez peu connues. Dans cette même veine, je fis en sorte que le Musée de la Monnaie, à Ottawa, soit doté d'une collection représentative des monnaies marocaines (1650 à nos jours ).

Et...., ce qui devait arriver, arriva : depuis au moins cinq ans, je me suis plongé dans les variétés non répertoriées des monnaies canadiennes. Au début de cette autre aventure, non moins passionnante, mon action fut surtout reliée aux activités de l'ANPB, soit par des articles, échanges, sensibilisation et information. J'ai découvert Numicanada depuis environ quinze mois et il m'est apparu que ce site et surtout son forum m'offraient une excellente opportunité pour partager avec d'autres membres mon intérêt pour ces variétés. Lorsque je regarde le chemin que nous avons parcouru sur ce site, depuis quelques mois seulement, je suis porté à croire que cet objectif a été réalisé en grande partie. Qui plus est, il me fait encore plus plaisir de constater que la relève est là, qu'elle est de plus en plus structurée et de plus en plus efficace ! À la veille de mes soixante-dix ans, je n'ai donc pas à m'inquiéter, car les membres de ce merveilleux site me semblent très motivés et de mieux en mieux outillés pour aller de l'avant !
Longue vie à Numicanada !

06/2008
Localisation : Rive-sud de Montréal

Messagepar za75 » sam. août 11, 2007 4:34 pm

Bonjour greatgaet,

Je crois que les termes français, que l'on retrouve d'ailleurs sur le site www.coinscan.com : " Coin fendillé " et Coin cassé et retenu " expliquent par eux-mêmes la distinction qu'il faut faire.

En résumé, je crois qu'un coin fendillé, par exemple sur la date ou sur quelques lettres de Canada ou sur le buste, devient un die break lorsque le dommage, transféré sur la pièce, va de part en part ( d'un bord à l'autre de la pièce, y compris le listel ) ce qui nous laisse croire que le coin était bel et bien cassé :!:


Revenir vers « 10 cents »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités